Cascades et trou de la Doriaz.
Cascades et trou de la Doriaz - Massif des Bauges - Savoie.

Accueil // Marches & rando. // Balades - Autres // Cascades de la Doriaz.

Trou et Cascades de la Doriaz, depuis Saint Jean d'Arvey.

.

Les cascades de la Doriaz se situent dans un cirque entre le mont Peney (alt 1356 m) et le mont Nivolet (alt 1547 m). Des hauteurs, beau point de vue sur la vallée de Chambéry et le Granier.

Aucune difficulté. Compter environ 1 heure à la montée.

Nous avons fait cette balade le 27 décembre 2015, par un temps exceptionnellement printannier.

PS : Diaporama maxi-taille en cliquant sur les photos + roulette de la souris (ou flèches) pour le défilement.

Pour s'y rendre, il faut se garer dans le village de Lovettaz, situé en amont de la commune de Saint Jean d'Arvey.

Un grand parking se situe un kilomètre avant le village mais en période calme, un autre petit parking situé au cœur du village est éventuellement accessible..

Arrivé dans le village, un panneau indique la direction à prendre, au nord, au départ d'un petit sentier qui longe quelques propriétés.

Le sentier caillouteux rejoint, après un ¼ d’heure, un chemin carrossable en 4 x 4 (et qui mène jusqu’aux alpages du Nivolet).

Le suivre sans difficulté jusqu’à traverser le pierrier créé suite à l'éboulement partiel du Rocher de Charvetan le vendredi 4 janvier 2013.

Un peu plus loin, au carrefour de Carret ( alt. 969 m, panneau en bois), descendre sur la droite pour rejoindre la passerelle de la Doriaz et la cascade du même nom.

Un petit sentier grimpe en direction du Trou de la Doriaz. En 5 minutes, Il offre alors de beaux points de vue. Une vire protégée par un câble aménagé en main courante permet de s’approcher en contrebas du ‘Trou de la Doria’.

Aller plus loin sur ce passage glissant n'est pas engageant. Il est fortement recommandé d’avoir le matériel adéquat (baudrier et longes) si l’on souhaite continuer jusqu’à passer sous la cascade !

Cette dernière jaillit de la falaise et après de fortes pluies, le spectacle est époustouflant !

Géologiquement parlant, la localisation des sources de la Doriaz au pied des falaises est clairement liée au fait qu’il s’agit de la résurgence d’un réseau karstique.

Après un long passage dans les lapiaz, tannes et siphons, l'eau vient jaillir au « Trou de la Doria ». C’est une des résurgences les plus typiques de la Savoie.

De la cascade, on peut poursuivre jusqu’au col de la Doriaz puis Croix du Nivolet.

Pour faire une boucle par les alpages du Nivolet, revenir au croisement le Carret, et prendre la direction de la croix du Nivolet ‘ par les échelles ‘.

Mais avant, je vous recommande de rejoindre l’entrée de la grotte et de la maison de Jules Carret, enfin, ce qu’il en reste !

C’est à partir de 1886, et pendant 7 ans, que Jules Carret, médecin, journaliste et député de Savoie commence les fouilles de la grotte.

Il l’achète à la commune de Saint-Jean-d'Arvey pour y construire une maison qu’il voulait ensuite transformer en musée.

Dans ses fouilles, Jules Carret met à jour divers ossements et objets datant de la préhistoire. Par découragement et manque d’argent, il abandonne les fouilles.

Voisine de la grotte, la ruine de la maison de Jules Carret nichée dans la falaise, surprend. On l’atteint par un escalier taillé dans la pierre au passage le plus raide.

Dans l'ombre de l’entrée de la grotte, une table et deux bancs de ciment complètent la visite de ce lieu insolite.

Après plus de 130 ans, ces vestiges ont encore fière allure, malgré l’austérité de la batisse. La vue est évidemment imprenable.

La grotte est à 1070 m d’altitude. Elle abrite le départ de la via ferrata dans le porche et le parcours s’élève très rapidement vers l’extérieur dans la falaise exposé plein Sud.

C’est un parcours très technique.

Pour rejoindre l’alpage du Nivolet (un troupeau de chèvres le pâture de juin à fin septembre), redescendre au chemin puis filer vers l’ouest jusqu’au chalet, à 1050 m d’altitude et le dépasser pour continuer toujours dans la même direction.

Trouver un petit sentier dans les bois, suffisamment pratiqué pour l’emprunter (la carte au 25000eme est cependant bien utile pour se repérer).

Il faut suivre la trace pour contourner la barre rocheuse en son extrémité et commencer à redescendre, d’abord dans la forêt de hêtres puis dans les buis, broussailles et taillis sur le bas du sentier.

Ce dernier est de mieux en mieux marqué et on se dirige vers le Sud pour arriver un peu plus loin que le hameau de Lovettaz, que l’on rejoint par un chemin agricole.

Dans le même secteur, vous pouvez aller à la croix du Nivolet par le Sire ou alors à la croix du Nivolet par Glaize.

Retour en haut de page